[Lecture] Simetierre (Stephen King)

Roman de l’américain Stephen King, publié en novembre 1983 sous le titre Pet Sematary. La traduction française de François Lasquin paraît en octobre 1985 chez Albin Michel.

Quatrième de couverture:

En y resongeant par la suite, Louis situa le début du cauchemar à l’instant précis où l’on amena à l’infirmerie ce garçon de vingt ans qui était en train de mourir, la cervelle en bouillie et les yeux ouverts… Ou bien, peut-être, quinze jours plus tôt: ils venaient d’emménager à Ludlow, c’était la rentrée des classes, et Ellie avait hâte de leur raconter sa première journée d’école. Louis était allé coucher le bébé au premier étage, et il avait eu cet étrange pressentiment: quelque chose les menaçait. Une force inconnue, terrifiante mais irrésistible…

En fait, Rachel avait raison: ce cimetière d’animaux, à deux pas de la maison, c’était morbide, c’était mauvais pour les enfants. Pourtant, l’endroit était si beau, si attirant. Une sorte de cercle magique… 

Avec Stephen King, l’ordinaire ne le reste pas longtemps…

ATTENTION, CET AVIS DE LECTURE CONTIENT DES SPOILERS !!

Prenez une famille, un couple et ses deux enfants, venant de Chicago. Faites la emménager dans une maison située entre un bois mystérieux et une route assez passante. Des gens ordinaires, ayant une vie ordinaire, dans un endroit ordinaire, qui sympathisent avec leurs nouveaux voisins de manière tout à fait ordinaire. Mais avec Stephen King, la magie, le fantastique, sont des éléments perturbateurs, qui font basculer du paisible au cauchemar. Et dans ce roman, la magie émane d’un étrange cimetière, au-delà d’un cimetière d’animaux, ou, plutôt, d’un simetierre d’animaux.

Et c’est là qu’arrive le spoil !! Ce roman a quelque chose de particulièrement tragique, dur. Sous couvert d’une histoire fantastique, King nous expose la douleur de la perte d’un enfant, dans des circonstances terribles, traumatisantes. Louis Creed, assommé par le chagrin, par la culpabilité, va alors tout faire pour « réparer » ce qu’il n’a pas pu éviter. Est-il juste possédé par sa peine, dans un état second dû au choc de cette mort ? Est-il manipulé par cet endroit étrange qui demande un tribut ? Toujours est-il qu’il se déconnecte totalement de la réalité, qu’il écarte toute morale, juste par amour pour son fils. Qui, dans son cas, ne voudrait pas revenir en arrière, retrouver l’enfant perdu, par n’importe quel moyen ?

C’est un roman prenant, flippant, dérangeant aussi un peu. Stephen King est un conteur hors pair, il nous immerge dans la vie de ses personnages qu’il malmène pour mieux atteindre son lecteur. Une nouvelle fois, l’auteur fait mouche et nous livre une des histoires les plus marquantes qu’il ait écrites. Du grand King !

Infos sur l’ouvrage:

Édition présentée: J’ai Lu (mars 1991). Titre original: Pet Sematary. Traduit de l’anglais (États-Unis) par François Lasquin. Réédité chez Le Livre de Poche ISBN/EAN13: 9782253151432. Disponible également au format numérique.

Pour aller plus loin:

Stephen King fait de temps à autre des liens entre ses écrits, laissant ça et là des références. C’est le cas dans Simetierre, où il fait allusion à Cujo.

« -La rage, expliqua Crandall. On a eu pas mal d’alertes à la rage dans le Maine ces temps derniers. Il y a deux ou trois ans, dans le sud de l’État, un gros saint-bernard l’a attrapée et il a tué quatre personnes. » 

Ce roman, comme beaucoup autres de l’auteur, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Mary Lambert en 1989. Stephen King y fait une apparition sous les traits d’un prêtre. En voici la bande annonce (en anglais):

Une nouvelle adaptation, dirigée par Kevin Kolsch et Dennis Widmyer, est sortie en salles en avril 2019. En voici la bande annonce:

Une lecture parfaite donc pour participer au Club de Lecture VendrediLecture de ce mois-ci

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s