[Lecture] Le huitième sortilège (Annales du Disque-Monde T2) (Terry Pratchett)

Publié en 1986 sous le titre The Light Fantastic, ce roman du britannique Terry Pratchett (28/04/1948 – 12/03/2015) paraît en France en 1993, avec une traduction signée Patrick Couton. Il s’agit de la suite directe de La Huitième Couleur.

Quatrième de couverture:

Octogénaire, borgne, chauve et édenté, Cohen le Barbare, le plus grand héros de tous les temps réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants?

Question capitale, car le tissu même du temps et de l’espace est sur le point de passer dans l’essoreuse. Une étoile rouge menace de percuter le Disque-Monde et la survie de celui-ci est entre les mains du sorcier calamiteux: dans son esprit (très) brumeux se tapit en effet le… huitième sortilège!

La suite de l’épopée la plus démente de la Fantasy, avec, dans les seconds rôles, une distribution prestigieuse: le Bagage, l’In-Octavo, Herrena la harpie, Kwartz le troll, Trymon l’enchanteur maléfique et, naturellement, La Mort…

Retour en Foldinguie ^^

Suite directe de La Huitième Couleur, le lecteur retrouve donc Rincevent, Deuxfleurs et son fidèle Bagage à l’endroit où il les avait laissés à la fin du précédent récit, c’est à dire en train de tomber du Disque. Par chance, Pratchett fait un rappel des circonstances qui ont conduit Rincevent et Deuxfleurs dans cette position assez inconfortable, pour le lecteur qui met parfois un certain temps à poursuivre la lecture de ces Annales, mais aussi parce que trois ans sépare la publication de ce volume et du précédent. L’auteur comme le lecteur se rafraîchit la mémoire, parfait pour continuer.
Sauf que le démarrage de cet opus est plus lent, plus long que le précédent. C’est environ après 80 pages que j’ai eu l’impression d’enfin entrer dans le vif du sujet et que l’action démarrait. Pourtant, tout ce qui s’est déroulé avant est important, mais la mise en place de chaque détail de l’intrigue en début de roman paraît longuette. Heureusement, on peut compter sur le ton moqueur de Pratchett qui, plus ou moins gentiment, va tourner en ridicule l’informatique et va même parodier des contes pour enfants tels que La maison de pain d’épices et les bottes de sept lieues. Ainsi, on reste toujours dans la même intention parodique, humoristique que dans le précédent volet.

Si le démarrage a été fastidieux, Pratchett est parvenu à m’embarquer dans son univers complètement foldingue où j’ai rencontré aux côtés de Deuxfleurs et Rincevent des personnages drôles, certains mêmes attachants, et dont la présentation m’a même fait sourire, je pense ici à la description de Herrena. Je poursuivrai donc avec plaisir mon exploration de ce Disque-Monde, d’autant plus que d’après certains lecteurs, les premiers volumes ne sont pas les meilleurs. Comme dirait l’autre, il n’y a plus qu’à ! Et ça tombe bien, La Huitième fille est dans ma Pile à Lire !

Infos sur le livre:

Édition présentée: Pocket (1997). Titre original: The Light Fantastic. Traduit de l’anglais par Patrick Couton. ISBN/EAN13 édition Pocket 2010: 978-2266211826. Disponible également au format numérique.

Pour aller plus loin:

J’en ai déjà parlé lorsque je vous ai présenté La Huitième Couleur, mais ce dernier et l’ouvrage présenté aujourd’hui ont fait l’objet d’une adaptation en mini série sous le titre Discworld, réalisée par Vadim Jean et diffusée en mars 2008 sur Sky One, chaîne de télévision britannique. Le DVD est disponible depuis novembre 2011. En (re)voici la bande annonce:

Et parce que c’est dans le huitième sortilège qu’apparaît Cohen le Barbare, voici un court métrage hommage à Sir Terry Pratchett axé sur ce personnage:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s