[Lecture] Les furies (Lauren Groff)

Publié en 2015 par l’américaine Lauren Groff (23/07/1978 –  ). La traduction en français de Carine Chichereau paraît aux éditions de l’Olivier en 2017.

Présentation de l’éditeur:

Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux. Promis à un avenir radieux, ils se marient très vite. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire ; Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Leur couple est l’image type d’un partenariat réussi. Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire…

Avis:

Dans ce roman, il est question de théâtre, d’amour, et à travers les deux parties qui le constituent, le lecteur découvre les deux êtres qui composent ce couple aux apparences parfaites, Lancelot Satterwhite, alias Lotto, et Mathilde. Cela pourrait être une énième histoire de couple, de réussite, mais c’est bien plus que cela. Pour donner plus de poids encore à Lotto, à son univers de dramaturge, on retrouve un certain lyrisme dans le style de l’autrice, teintant le récit de poésie, pointant le drame latent qui se joue. Même la construction du roman reflète cet univers théâtral. La première partie, qui présente le point de vue de Lotto, est comme une scène où la vie se joue. Tout est beau malgré quelques épreuves, tout est bonheur malgré quelques difficultés. Mais derrière tout spectacle, il y a le travail fait en coulisse. C’est ce que va nous montrer la deuxième partie, axée sur Mathilde.

Dans ce couple, il apparaît vite évident que Lotto, bien qu’au devant de la scène, est un homme plutôt paresseux et orgueilleux. Mais il est aussi quelqu’un de passionné, ce qui se ressent dans certaines de ses actions ou de ses paroles. Je me suis demandé bien souvent comment ce couple avait pu tenir. Car la relation entre Lotto et Mathilde est plutôt brute. Ils s’aiment, mais dans leurs ébats, on ne sent aucune douceur, aucune prévenance. Ce n’est que de la baise. Chacun semble y trouver son compte, comme si l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre était si puissant qu’ils ne parvenaient à l’exprimer qu’avec bestialité. Lotto est un personnage dont la psychologie est facilement accessible, il est prévisible. Mathilde est beaucoup plus secrète, elle avance dans l’ombre. Et quand le doute s’immisce entre eux, on sent que tout est prêt à voler en éclats.

« Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. Des omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. » (p. 272)

Dans la deuxième partie, le lecteur se rend compte que là où il croyait trouver de l’amour, ce n’était que calcul. Mais alors, l’amour existe-t-il ? Ou n’est-ce qu’un mythe, comme tend à le montrer ici Lauren Groff ?

Un roman vraiment bien fait, à la construction intelligente, au style envoûtant. Mise en scène théâtrale de la vie d’un couple, entre les lumières des planches et l’obscurité des coulisses. Magnifique !

Infos sur l’ouvrage:

Édition présentées: Points (01/02/2018). Titre original: Fates and Furies. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Carine Chichereau. ISBN/EAN13 papier: 9782757861271. 

Également disponible au format numérique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s