[Lecture] Le Livre des Martyrs T1: Les Jardins de la Lune (Steven Erikson)

Premier roman de fantasy du canadien Steven Erikson ( 07/10/1959 – ), premier volume de la décalogie Le Livre malazéen des glorieux défunts (Malazan Book of the Fallen) renommé Le Livre des Martyrs par les éditions Leha, qui s’inscrit dans le Cycle malazéen, et publié en 1999 sous le titre Gardens of The Moon. Une première traduction française de Marie-Christine Gamberini paraît chez Buchet-Castel en 2001, puis est reprise chez Calmann Levy en 2007. Les éditions Leha publie une nouvelle traduction de Emmanuel Chastellière en mai 2018.

Présentation de l’éditeur:

Dans un monde qui a vu naître et disparaître d’innombrables races et civilisations, l’empire malazéen étend implacablement sa domination, soumettant des continents entiers les uns après les autres, grâce à la discipline de ses armées et la supériorité de ses mages de guerre.

Mais la loyauté de ses soldats, abandonnés et trahis par leur impératrice, est mise à rude épreuve. Perdus, abandonnés et déchus, les fidèles de l’empire vont devoir tenter de survivre, entre sacrifices et dangers mortels.

Un complot bien plus vaste se joue en toile de fond. D’anciennes forces terrées dans l’ombre semblent se réveiller, prêtes à tout pour regagner leur splendeur passée. Regroupés sous la coupe du jeu des dragons, dieux et ascendants, sorciers et chamans, Eleints et changeurs de formes, tirent les ficelles d’un drame qui, transcendant les conflits des simples mortels, se joue à l’échelle du temps lui-même.

Avec un enjeu de taille : la suprématie totale.

À l’ombre de Sangdelune…

Imaginez une guerre, qui semble durer depuis des temps immémoriaux, permettant à l’empire malazéen de s’étendre toujours plus. Et le lecteur est immergé dans cette guerre dès les premières pages, rencontrant des guerriers désabusés. L’auteur ne perd pas de temps, nous plonge dans son univers sombre, violent, aux côtés de personnages parfois cyniques. La magie présente ici est complexe et franchement très originale, les sorciers se servant de différentes « garennes », et même les dieux se mêlent aux conflits, chacun pour tirer avantage, ajoutant encore de la complexité aux situations.

Ici, pas de notion de bien ou de mal, le récit est non manichéen. L’univers, les situations, les personnages, tout n’est qu’ambiguïté. Chacun sert sa cause. Et comme le roman est tentaculaire, on découvre peu à peu les relations entre les personnages, les alliances qui les unissent, les complots qui les opposent. Steven Erikson a fait un travail en amont formidable pour parvenir à gérer de manière si parfaite son monde et les différents peuples qui y évoluent. Tout est d’une incroyable fluidité, malgré le nombre assez conséquent de personnages que nous suivons, le nombre d’intrigues qui s’entremêlent. L’auteur fait le choix de rendre tous ses personnages importants, de les mettre tous sur le même plan. Cela permet au lecteur de suivre l’action depuis différents points de vue, de mesurer toute la complexité des situations, des relations.

Sensation toute personnelle, influencée par mon expérience de rôliste, la cité de Sangdelune, régie par Anomander Rake, m’a fait penser aux cités de Néthéril des Royaumes Oubliés, un des décors de campagne de Donjons et Dragons. Du coup, je vois Anomander Rake comme un des puissants sorciers néthérisses. Ah ! L’influence du jeu de rôle ! ^^

C’est tout simplement une magnifique fresque fantasy. Certaines questions restent longtemps sans réponse, mais ces dernières finissent toujours (ou presque) par arriver. Dès les premières pages, j’ai trouvé cela original et addictif. Steven Erikson parvient à apporter un nouveau souffle à la fantasy, et c’est sublime. Foncez, cette série promet d’être une véritable merveille ! Pour ma part, la suite m’attend déjà !

Pour aller plus loin

Édition présentée: Leha éditions (mai 2018). Traduit de l’anglais par Emmanuel Chastellière. ISBN/EAN13: 9791097270193. Illustration de couverture: Marc Simonetti
Également disponible au format numérique

Une réflexion sur “[Lecture] Le Livre des Martyrs T1: Les Jardins de la Lune (Steven Erikson)

  1. Pingback: Bye bye, 2020… Hello, 2021 | Hildr's World

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s