[Lecture] Élévation (Stephen King)

Paru sous le titre Elevation en 2018, ce roman court vient agrandir la bibliographie déjà bien remplie de l’américain Stephen King. La traduction française de Michel Pagel paraît directement au Livre de Poche le 3 Avril 2019.

Présentation de l’éditeur:

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite. C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis  : avec ou sans vêtements, sa balance affiche le même chiffre et chaque jour, immanquablement, son poids diminue. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ?
Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

Un roman joyeux, exaltant et teinté de tristesse. Entertainment Weekly.

Édition illustrée.

Et donc ? Est-ce que c’est bien ?

On parle de Stephen King, ok ? Alors c’est forcément bien !

En vrai, j’ai passé un très bon moment aux côtés de Scott Carey. Ce court roman est un instantané de notre société, une critique de ce que les préjugés et les esprits obtus peuvent avoir de destructeur. Et face à ça, King place Scott Carey, un homme qui perd du poids sans perdre de masse (si vous êtes perdus avec ce propos, je vous suggère d’aller voir ce petit article explicatif chez Futura Sciences).

Alors… Pourquoi Élévation ? Et bien figurez-vous qu’au départ, c’est une histoire de merde. Oui, vraiment. De déjections canines pour être plus exacte. Il se trouve que les deux chiens des voisines adorent poser des mines sur la pelouse de Scott. Cela aurait pu dégénérer en guerre de voisinage. Mais notre personnage principal a pris conscience de certaines choses. Notamment d’une certaine injustice envers ses voisines. Il a trouvé ça moche, méchant, moyenâgeux. Il va donc décider d’aider ses voisines, malgré l’opinion que peuvent en avoir les habitants de Castle Rock. En leur tendant la main, l’air de rien, il amorce une élévation spirituelle, par l’acceptation de l’autre, de ses différences, peu importe ses croyances ou son orientation sexuelle. Scott va ainsi, grâce à une démarche sincère et bienveillante, faire s’interroger la population locale sur ces deux femmes mariées ensemble, faisant figure du guide spirituel, sorte de Jésus moderne.

Cela donne un roman doux, lumineux, plein d’espoir et triste à la fois. Le final est émouvant, mais le message qui perce entre ces pages est un appel à l’ouverture d’esprit et à la bienveillance. On n’obtient de belles choses qu’en étant nous même une belle personne.

Alors lisez ce petit roman, et aimez-vous les uns les autres, bordel !

Pour aller plus loin:

Édition présentée: Le Livre de Poche (03/04/2019). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel Pagel. Illustré par Mark Edward Geyer. ISBN/EAN13: 9782253820079.

Également disponible en numérique.

Vous pouvez aussi aller lire l’avis d’Onos, dans sa taverne ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s